L’épilepsie représente le désordre neurologique le plus répandu dans l’espèce canine avec 5% de chiens atteints, répartis dans plus de cinquante races. La forte prévalence de l’épilepsie dans certaines races, atteignant des fréquences supérieures à 20%, laisse supposer une origine génétique. L’hypothèse est que chaque race ou petit groupe de races développe une forme d’épilepsie liée à une cause génétique spécifique provenant d’une mutation fondatrice au moment de la création de la race.

Ainsi, l’étude des bases moléculaires de l’épilepsie dans ces différentes races canines permettrait d’élaborer, pour les éleveurs et propriétaires, des tests génétiques permettant de détecter les individus porteurs, et pour les vétérinaires, des tests diagnostiques pour orienter le traitement.

Epilepsie1

Par ailleurs, les recherches menées chez le chien permettront d’enrichir le nombre de gènes candidats pour des épilepsies humaines dont les bases génétiques sont encore inconnues. En effet, les mêmes gènes sont impliqués dans les épilepsies humaines et canines. La découverte de l’implication du gène EPM2B dans la maladie de Lafora chez l’homme (forme d’épilepsie myoclonique progressive) et dans l’épilepsie affectant le Teckel miniature à poil dur (Lohi et al., Science, 2005), ainsi que le gène LGI1 dans une épilepsie humaine, et le gène LGI2 (gène de la même famille) chez le Lagotto romagnolo (Seppälä et al., PLoS Genet, 2011) démontrent l’intérêt du chien comme modèle génétique « naturel » de cette affection neurologique.

Pour réaliser ces projets, nous faisons appel, non seulement à vos dons qui permettront de financer les recherches des bases génétiques d’épilepsies canines de plusieurs races mais encore, à des prélèvements sanguins de chiens épileptiques et de leurs apparentés sains ou atteints pour réaliser ces travaux. En effet, la stratégie de recherche des causes génétiques consiste à comparer les génomes (ensemble des 38 chromosomes + XY) d’un groupe de chiens atteints et d’un groupe de chiens sains d’une même race pour identifier les régions chromosomiques contenant les gènes impliqués dans l’épilepsie et les mutations causales. La dernière étape correspond à la validation des mutations dans les différentes races étudiées.

Dans l’équipe « génétique du chien » du CNRS à Rennes, des projets de recherche sur l’épilepsie sont actuellement en cours dans plusieurs races :

– Grand Bouvier suisse
– Dogue du Tibet
– Berger des Pyrénées
– Cane Corso
– Bull Terrier
– Autres races…

Pour participer à ces travaux de recherche, n’hésitez pas à nous contacter et nous faire parvenir :

– des prélèvements sanguins sur tube EDTA (cf protocole de prélèvement)

– une copie du pedigree des chiens

– un descriptif des crises (cf questionnaire clinique)

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter : cani-dna@univ-rennes1.fr

THESE : CONTRIBUTION A LA CARACTERISATION DES EPILEPSIES CANINES ET A SON UTILISATION EN TANT QUE MODELE DES EPILEPSIES HUMAINES par Laetitia GAUDIN

Nous comptons sur vous !

Pour vos dons, n’attendez plus,

cliquez sur ce bouton…

bouton un don déductible